19 août 2018

Une famme

S’il arrivait un jour, en quelque lieu sur terre, Qu’une entre vous vraiment comprît sa tâche austère, Si, dans le sentier rude avançant lentement, Cette âme s’arrêtait à quelque dévouement, Si c’était la Bonté sous les cieux descendue, Vers tous les malheureux la main toujours tendue, Si l’époux, si l’enfant à ce coeur ont puisé, Si l’espoir de plusieurs sur Elle est déposé, Femmes, enviez-la. Tandis que dans la foule Votre vie inutile en vains plaisirs s’écoule, Et que votre coeur flotte, au hasard entraîné, Elle a sa foi, son but... [Lire la suite]
Posté par Soleil de mamie à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juillet 2018

Quelle importance....

"Quelle importance pourrions-nous attacher aux choses de ce monde? L'amitié? elle disparaît quand celui qui est aimé  tombe dans le malheur,ou quand celui qui amie devient puissant. L'amour? il est trompé, fugitif ou coupable. La renommée ? vous la partagez avec la médiocrité ou le crime. La fortune? pourrait-on compter comme un bien cette frivolité? Restent ces jours dits heureux qui coulent ignorés dans l'obscurité des soins domestiques et qui ne laissent à l'homme ni l'envie de perdre ni de recommencer la vie. " ... [Lire la suite]
Posté par Soleil de mamie à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2018

Proverbs

  Il faut attendre la mort pour bien juger la vie. Proverbe français ; Les proverbes communs du XVIIe siècle
Posté par Soleil de mamie à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2018

Le printemps de Jean-Claude Brinette

La noce des oiseaux. Les arbres se sont habillés de couleurs pastels, Jonquilles, crocus ont bravé la fraîcheur du temps, Que déjà, les oiseaux publient leurs noces dans le ciel. Neiges et froidures sont parties : " vive le Printemps ! " Immense symphonie, où des millions de fleurs, Se mélangent en un jour, aux bourgeons de velours D'un coup de baguette magique : le ciel sort ses couleurs Pour éblouir nos yeux, il devient troubadour. Dans un ballet de cabrioles fantastiques Les oiseaux dansent, s'accouplent et préparent leur... [Lire la suite]
Posté par Soleil de mamie à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 février 2018

Carnaval

Venise pour le bal s'habille. De paillettes tout étoilé, Scintille, fourmille et babille Le carnaval bariolé. Arlequin, nègre par son masque, Serpent par ses mille couleurs, Rosse d'une note fantasque Cassandre son souffre-douleurs. Battant de l'aile avec sa manche Comme un pingouin sur un écueil, Le blanc Pierrot, par une blanche, Passe la tête et cligne l'oeil. Le Docteur bolonais rabâche Avec la basse aux sons traînés; Polichinelle, qui se fâche, Se trouve une croche pour nez. Heurtant Trivelin qui se mouche Avec un trille... [Lire la suite]
Posté par Soleil de mamie à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Les Oiseaux

Le soir, au coin du feu, j’ai pensé bien des fois, A la mort d’un oiseau, quelque part, dans les bois, Pendant les tristes jours de l’hiver monotone Les pauvres nids déserts, les nids qu’on abandonne, Se balancent au vent sur le ciel gris de fer. Oh ! comme les oiseaux doivent mourir l’hiver ! Pourtant lorsque viendra le temps des violettes, Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes. Dans le gazon d’avril où nous irons courir. Est-ce que " les oiseaux se cachent pour mourir ? "   François... [Lire la suite]
Posté par Soleil de mamie à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juillet 2017

Poésie

La pauvre fleur La pauvre fleur disait au papillon céleste : - Ne fuis pas ! Vois comme nos destins sont différents. Je reste, Tu t'en vas ! Pourtant nous nous aimons, nous vivons sans les hommes Et loin d'eux, Et nous nous ressemblons, et l'on dit que nous sommes Fleurs tous deux ! Mais, hélas ! l'air t'emporte et la terre m'enchaîne. Sort cruel ! Je voudrais embaumer ton vol de mon haleine Dans le ciel ! Mais non, tu vas trop loin ! - Parmi des fleurs sans nombre Vous fuyez, Et moi je reste seule à voir tourner mon ombre A mes... [Lire la suite]
Posté par Soleil de mamie à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2017

La naige

J'aime la neige éblouissante Qui couronne les vieilles tours, Et sur les arbres qu'elle argente : Courbe la feuille jaunissante, Dernier souvenir des beaux jours. Ses blancs flocons avec mystère Reposent au toit des maisons, Et d'une tunique légère Voilent la face de la terre, Ainsi que de molles toisons. Écoutez ! tout semble immobile, La neige endort tous les échos ; Sans bruit passe la foule agile, Et sur l'enceinte de la ville Pèse un mystérieux repos. La ville est un camp qui sommeille Avec ses... [Lire la suite]
Posté par Soleil de mamie à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 mars 2016

Les petits oiseaux dans mon jardin

c'est agréables de les voir tous. Oh!les charmants oiseaux joyeux poéme de Victor Hugo Oh ! les charmants oiseaux joyeux ! Comme ils maraudent ! comme ils pillent ! Où va ce tas de petits gueux Que tous les souffles éparpillent ?Ils s'en vont au clair firmament ; Leur voix raille, leur bec lutine ; Ils font rire éternellement La grande nature enfantine. Ils vont aux bois, ils vont aux champs, À nos toits remplis de mensonges, Avec des cris, avec des chants, Passant, fuyant, pareils aux songes.Comme ils sont près du Dieu vivant... [Lire la suite]
Posté par Soleil de mamie à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 avril 2015

Va ton chemin sans plus t'inquiéter

  Va ton chemin sans plus t'inquiéter Va ton chemin sans plus t'inquiéter !La route est droite et tu n'as qu'à monter,Portant d'ailleurs le seul trésor qui vaille,Et l'arme unique au cas d'une bataille,La pauvreté d'esprit et Dieu pour toi.Surtout il faut garder toute espérance.Qu'importe un peu de nuit et de souffrance ?La route est bonne et la mort est au bout.Oui, garde toute espérance surtout.La mort là-bas te dresse un lit de joie.Et fais-toi doux de toute la douceur.La vie est laide, encore c'est ta soeur.Simple, gravis... [Lire la suite]
Posté par Soleil de mamie à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :